Réversibilité

L’arrêté du 31 octobre 2005 relatif aux dispositions techniques pour le choix et le remplacement de l’énergie des maisons individuelles a introduit la notion de réversibilité

La réversibilité encourage l’utilisation des énergies renouvelables en simplifiant son déploiement après construction.

Principe de la réversibilité

Les maisons neuves chauffées à l’électricité devaient être équipées d’un conduit de fumée vertical qui facilite le raccordement à un appareil de chauffage au bois sans intervention lourde.

Depuis l’arrêté du 28 mai 2019, et afin de réduire les coûts de construction, l’installation d’un tel conduit n’est plus exigé. Les maisons individuelles doivent néanmoins être conçues de telle façon à en permettre l’installation ultérieure. Pour ce faire, une solution possible consiste à réaliser une réservation de forme carrée de dimension 50 cm x 50 cm dans le toit et dans le plancher des niveaux intermédiaires. 

Constructions concernées

Par « maison individuelle chauffée à l’électricité », on entend toute maison individuelle pourvue d’un système de chauffage utilisant majoritairement de l’électricité pour assurer son fonctionnement. Il s’agit notamment des maisons équipées des systèmes de chauffage électriques suivants : convecteurs, panneaux rayonnants, radiateurs à inertie, plafonds ou planchers rayonnants, systèmes de chauffage alimentés par un générateur électrique (pompes à chaleur, ventilation double flux avec préchauffage par un générateur électrique, etc…). 

Cette disposition, applicable en France métropolitaine, est obligatoire pour toutes les maisons individuelles chauffées à l’électricité dont la demande de permis de construire a été déposée depuis le 1er septembre 2006. 

Réversibilité et RT2012

La RT2012 impose l’usage d’au moins une énergie renouvelable, avec une production minimale de 5 kWh/m². Le bois est effectivement une énergie renouvelable, mais il n’y a pas que cela. Si l’on souhaite avoir un logement tout électrique, il est possible de mettre en place des panneaux solaires et/ou une pompe à chaleur.

Dans ce cas d’une installation tout électrique, il faudra respecter la loi concernant la réversibilité, en plus de respecter la RT2012.

Exemples :

Maison « Tout électrique » 1 : Dans ce premier exemple, le chauffage et l’eau-chaude sanitaire sont assurés par une pompe à chaleur. La performance énergétique est donc très probablement conforme à la RT2012 (une étude doit de toute façon le confirmer). Il n’y a pas besoin d’ajouter d’autre source d’énergie renouvelable pour respecter la RT2012, mais le principe de réversibilité oblige tout de même à réaliser les réservations pour l’installation éventuelle d’un poêle.

Maison « Tout électrique » 2 : Avec un chauffage tout électrique direct (convecteur, panneau rayonnant ou plancher chauffant…) et de l’eau chaude fournie par un ballon électrique standard, non seulement la performance énergétique va être largement supérieure au maximum fixé par la RT2012, mais en plus il manque une énergie renouvelable. Ce manque peut être comblé par un poêle à bois. Pour cela, il faut vérifier dans l’étude thermique que l’on atteint bien 5 kWh/m² produits par le chauffage d’appoint au bois (part d’EnR minimale en maison individuelle). Le calcul ‘appoint bois’ accepté par la DHUP se fait en considérant que la cheminée couvre 50% des besoins chauffage en pièces de jour et 25% en pièces de nuit, le tout dans la limite de 100 m² maxi et hors salle de bains.

Malheureusement, malgré cette énergie renouvelable, il est rare que l’appoint bois suffise à compenser la mauvaise performance du tout électrique direct. Par expérience, nous savons qu’une excellente isolation ne suffira pas non plus à compenser le coefficient de 2,58 qui s’applique sur l’électricité (calcul de l’énergie primaire). Il faudra donc choisir un autre équipement.

Comment choisir une énergie ?

Pour définir votre projet, appelez-nous au 09.88.99.88.09.

Réversibilité
Étiqueté avec :